Interview | Pierre Hennen | Boulangerie l’alternative | Alpha Minds

Cette semaine nous avons rencontré Pierre Hennen, fondateur de la Boulangerie l’alternative, pour une interview exclusive pour toute la communauté Alpha Minds.

J’ai ça dans le sang. Mon grand-père était boulanger et ce métier est présent dans la famille depuis 5 générations.

Bonjour Pierre ! Peux-tu te présenter ?

Bonjour. Je m’appelle Pierre Hennen et je suis boulanger-pâtissier. J’ai effectué mon bachelier et mon master à HEC en gestion des entreprises sociales et développement durable, tout en sachant avant de commencer que je voulais me lancer plus tard dans la boulangerie car c’est ma passion depuis longtemps.

Malheureusement, il y a trois ans, j’ai appris (comble du boulanger) que j’étais atteint de la maladie cœliaque, c’est à dire allergique au gluten. Je ne pouvais plus en manger une miette, ce fut un drame pour moi, voué à devenir boulanger.

Ensuite, de par mes voyages, de par les livres de recettes, je me suis rendu compte qu’il était possible de faire de très bonnes choses sans gluten et lorsque j’ai goûté ce qui se vendait par ici, j’ai trouvé cela très mauvais.

J’ai donc décidé de retrousser mes manches et d’essayer de faire mon pain sans gluten moi-même, un bon pain qui ne goûte pas le carton. Au bout d’un an de tests, d’améliorations de recettes, j’étais satisfait du résultat et ça a plus ou moins coïncidé avec le moment auquel j’ai terminé mes études.

J’ai justement, à HEC, eu la chance d’effectuer mon stage dans une entreprise qui fabrique des macarons et des gâteaux vegans. Ca a été une première approche dans l’industrie agro-alimentaire. J’y étais responsable qualité et j’y ai beaucoup appris. Une fois diplômé, je suis rentré au Venturelab afin de lancer mon projet (au mois de novembre), et début avril je commençais à commercialiser mon pain et je n’ai jamais arrêté depuis. Les ventes ne cessent de s’accroître et la clientèle est très fidèle !

D’où vient cette passion pour la boulangerie ?

J’ai ça dans le sang. Mon grand-père était boulanger et ce métier est présent dans la famille depuis 5 générations. Ma maman cuisine également beaucoup, j’ai donc toujours été plongé dans ces odeurs de cannelle, de pomme, de sucre, de caramel, etc…

Je suis également fasciné par le fait de transformer ces matières premières et d’en faire toutes ces choses. Ce que la pâtisserie apporte aux gens, c’est cet aspect réconfortant que j’adore.

Peux-tu nous décrire une journée-type dans ton travail de boulanger ?

Actuellement, je fabrique les pâtisseries toute la journée du mardi. Le soir, vers 21-22h, je commence la production de pain à l’atelier. Vers minuit on a terminé de les mettre en bannetons et de les laisser lever (le pain au levain doit fermenter très longtemps).

Vers 5h du matin le lendemain, je me lève pour allumer le four. Vers 7h, je commence la première fournée et les cuissons s’enchainent jusqu’environ 13h avec la dernière fournée de pains à la levure (qui eux sont préparés deux heures avant). Je les laisse refroidir environ une heure puis je les mets dans ma voiture et je pars les livrer à différents endroits. Ensuite je rentre chez moi et je prépare les commandes et si tout va bien, vers minuit je suis dans mon lit. C’est donc assez hard (rires).

Cette activité te prend donc énormément de temps. As-tu d’autres loisirs, activités que tu aimes pratiquer ?

Je dois beaucoup faire de tests pour mon métier car il y a encore tout à inventer dans le sans gluten. Récemment j’ai introduit les gaufres de Liège, et encore plus récemment des cramiques aux raisins, de la pâte à brioches.

La cuisine prend donc une énorme partie de mon temps, mais j’aime également faire du sport (de l’escalade, du vélo, de la course,…). Je me lasse très vite donc j’aime changer régulièrement et faire beaucoup d’activités différentes. J’aime également voyager, quand j’ai l’occasion je vais voir des amis ou je m’organise un City trip.

Si tu devais décrire Pierre Hennen en 3 mots, quels seraient-ils ?

  • Perfectionniste : qui n’est pas toujours une qualité malheureusement (rire).
  • Passionné
  • Enthousiaste

J’adorerais également tenir un Bed & Breakfast dans un endroit calme, à la campagne, qui permettrait aussi de faire profiter les gens d’un repas sain cuisiné avec amour et passion (rires).

Quels sont tes projets futurs ?

J’ai plein de projets, ça bouge tout le temps. Mon idéal, ce serait d’ouvrir un petit restaurant à côté de la boulangerie où tout serait fait maison et le restaurant pourrait directement utiliser les produits fabriqués à la boulangerie. La nourriture y serait « healthy ».

J’aimerais aussi mettre en place des ateliers pour apprendre aux gens à faire leur pain, fabriquer leur farine, à acheter mieux et plus facilement également.

J’adorerais également tenir un Bed & Breakfast dans un endroit calme, à la campagne, qui permettrait aussi de faire profiter les gens d’un repas sain cuisiné avec amour et passion (rires).

Où pouvons-nous retrouver tes produits ?

J’ai un site internet sur lequel les gens peuvent aller voir les nouvelles car cela bouge beaucoup ( www.boulangerielalternative.be ). La plupart des gens commandent sur ce site et viennent ensuite chercher leurs produits dans un des différents points de retrait, à Theux ou à Liège.

Désormais, les gens peuvent aussi passer par des revendeurs (dont la liste est également sur mon site web) qui sont des magasins bios, des boulangeries,… Cette liste change régulièrement donc il ne faut pas hésiter à aller la consulter souvent.

Je fais aussi parfois des marchés, comme ici à Liège par exemple, et des évènements sont organisés de temps en temps. Toutes les informations sont sur le site et sur ma page Facebook. (https://www.facebook.com/boulangerielalternative/)

Y a-t-il une phrase ou une citation que tu aimes, ou qui te définit bien ?

« Collect moments, not things »

Je n’accorde que peu d’importance au matériel, je préfère partager des moments, des émotions, rencontrer des gens. C’est ça la vie, je trouve.

Quelles valeurs est-ce que tu partages avec les autres membres de la meute Alpha Minds ?

Forcément, l’éco-responsabilité du projet. Nous sommes obligés de le prendre en considération dans nos projets respectifs.

Le côté éthique dans tous les sens du terme également.

Ainsi que cette notion de partage et d’entraide, c’est l’esprit que j’aime. J’essaie d’aider les gens à retrouver le goût des bonnes choses, à redonner espoirs aux gens qui sont atteints de la même maladie que moi et à les aider à mieux vivre cette « différence ».

Pour toi, qu’est-ce qu’une meute ? Comment la définirais-tu ?

Pour moi, une meute ce sont des gens qui vivent ensemble, qui partagent un objectif commun.

Ils s’assemblent car ils partagent les mêmes valeurs, les mêmes idées. Je pense également que dans toute meute il y a des leaders qui tirent ce groupe vers le haut, vers ces objectifs.

Un mot de la fin?

Vivement qu’Alpha Minds me produise mes vêtements ! (rires)

Je vous souhaite une bonne continuation, en espérant que cette grande meute va continuer de s’agrandir !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *